La cité en actions

Cette première journée de l’Histoire de Beaumont sur le thème de "la guerre au XXème siècle" s’est déroulée le 27 mars 2017 en deux temps :

- Le matin, présentation orale des travaux de quelques groupes d’élèves de 1ère A et B sélectionnés. Les exposés portaient sur les femmes dans la guerre, les blessés de guerre, la photographie de guerre et l’évolution du jugement des crimes de guerre. Les deux meilleurs groupes ont été récompensés.

- L’après-midi, accueil de deux conférenciers

- Philippe Rochot, longtemps journaliste à France 2, pour une conférence sur son expérience de grand reporter de guerre. Il a notamment été otage au Liban en 1986.
- Stéphane Teillat, historien, pour une conférence sur l’évolution des visages de la guerre au XXe siècle.

Journée de l’histoire de Beaumont

Ce voyage de deux jours en Normandie a conduit les 1ère A et B sur les traces de la Seconde Guerre mondiale et de la reconstruction après-guerre :
- visite du Mémorial de Caen
- visite guidée des plages du débarquement (port artificiel d’Arromanches et cimetière américain de Colleville)
- visite guidée de Port 2000 en bateau
- jeu de piste à la découverte de l’architecture d’une ville reconstruite

1e A et B : Voyage en Normandie

Le lycée de Beaumont était présent au forum des formations qui s’est déroulé samedi 18 mars 2017 à la salle des fêtes de Bellevue.

Trois stands (Tertiaire et service, industrie et bâtiment) ont permis de présenter la richesse et la diversité des formations proposées par notre établissement aux différents visiteurs.

Forum des Formations à Redon

Durant deux mercredi consécutifs, 8 élèves de terminales (STI2D et S) du Lycée Beaumont se sont rendu dans les locaux de l’ESIR ( École Supérieur d’Ingénieurs de Rennes) ; accompagné de leur professeur de physique-chimie, afin de réaliser une Antenne Yogi. Nous avons été accueilli par Stéphane Avrillon, professeur à l’ESIR qui a eu une l’amabilité de nous faire visiter les locaux (salles de projets, salle de TP et chambre anéchoïde) ainsi que les projets d’élèves.

Ainsi, Stéphane Avrillon nous a permis de concevoir notre propre antenne qui est capable de transmettre et de recevoir des informations dans le domaine de fréquence de la Wi-Fi, soit environ 2,45 G. Hz. Lors des premières heures, nous avons dû réaliser une démarche scientifique complète, pour que l’antenne ait un fonctionnement optimale possible à savoir la recherche des dimensions, la simulation (grâce au logiciel 4 NEC2), la conception et le test en chambre anéchoïque. Nous avons pu utiliser nos antennes pour transmettre et recevoir une musique d’une antenne à l’autre, afin de tester son efficacité. L’antenne Yagi se compose d’un support sur lequel on a d’abord un fil « reflector », puis vient le « driven » et les 3 « directors ».

Nous avons terminé ces deux après midi par la visite de l’impressionnante collection de minéraux de l’université de Rennes 1 et des très belles toiles de Mathurin Méheut.

Nous remercions l’ESIR et Stéphane Avrillon pour cette très belle et enrichissante découverte.

Conception d’antennes par des élèves - ESIR

Les 20,21 et 22 décembre , les élèves volontaires de l’association sportive de la cité scolaire ont participé à un stage d’escalade encadré par Jacques Moison (professeur d’EPS et brevet d’état d’escalade). Les 2 premières journées se sont tenues sur le mur du lycée.Les élèves ont pu essentiellement grimper « en tête » sur des voies de difficultés adaptées à leur niveau (très hétérogène).
Ils ont également pu grimper « des blocs » : voies courtes de 6 à 10 mouvements et ne nécessitant pas de s’encorder. La dernière journée a eu lieu sur la SAE (structure artificielle d’escalade) au complexe municipal Joseph Ricordel et s’est conclue par un goûter au foyer de la même salle. A noter, une forte participation cette année, avec en moyenne 16 grimpeurs par jour dont 2 anciens élèves qui avaient demandé à rejoindre le groupe.

Stage escalade de Noel

Futurs professionnels du bâtiment, les élèves de Construction Bois et de maçonnerie sont amenés à travailler en hauteur, à l’aide notamment d’échafaudages. Les chutes de hauteur représentent la 2ème cause d’accidents graves liés au travail. Afin de prévenir ces risques, tous les élèves du secteur suivent, au cours de leur parcours, une formation spécifique « R408 », leur permettant d’appréhender en toute sécurité le montage/démontage, l’utilisation et l’acheminement des produits et matériaux nécessaires à la réalisation des travaux. A la fois théorique et pratique, cette formation est dispensée par des enseignants, eux mêmes habilités. Au terme de ce cycle d’apprentissage progressif, chaque élève reçoit une attestation validant ses compétences. Bon courage à nos jeunes en cette saison de froid !

Prévention des risques professionnels

Les étudiant(e)s de BTS AM et de BTS CRSA ont bénéficié d’une séance de préparation à l’entretien (le 12 janvier) puis d’une simulation (le 24 janvier) d’une demi-heure devant 1 conseiller de l’association EGEE (Entente des Générations pour l’Emploi et l’Entreprise).

Cela fait 2 ans que nous faisons appel à cette association reconnue d’utilité publique et que nos élèves et étudiants plébiscitent leurs interventions.
Elle réalise ainsi tous les ans plus d’un millier d’entretiens. Une référence !

Entretiens individuels avec l’asso EGEE

Conférence de M. Coutansais, Directeur de Recherche au Centre d’études stratégiques de la Marine (CESM) sur les enjeux géostratégiques des espaces maritimes devant les Terminale S dans le cadre du cours de géographie sur la mondialisation.

Conférence sur les espaces maritimes - TS

Pour découvrir les nanosciences, les premières scientifiques du lycée Beaumont ont assisté à une conférence sur les composants microélectroniques présents dans leurs smartphones. Olivier de Sagazan, ingénieur de recherche à L’institut d’électronique et de télécommunications de Rennes (IETR de Rennes 1), a présenté un rapide historique de l’électronique et montré son évolution vers la microélectronique. Il a ensuite expliqué les différentes étapes de réalisation de micro-composants en salle blanche. La semaine précédente, 12 élèves de première S et terminale STI2D ont pu assister à la conception d’un nanocomposant en salle blanche. Voici le récit de leur après midi.

« Dès notre entrée dans les locaux du laboratoire, l’ingénieur qui s’est chargé de notre visite guidée nous a présenté les activités du laboratoire : la télécommunication, l’étude des ondes, les nanosciences et bien d’autres choses... des milieux très variés.

Peu après notre entrée dans son laboratoire, Olivier nous a montré la réalisation d’une plaque de silicium (silicon en anglais) qui sert de base pour déposer les composants électroniques. Pour recouvrir une plaque d’une fine couche de silicium, il existe de nombreuses techniques, dont une qui consiste à porter cette plaque à haute température, et à la placer dans un plasma (cela consiste à ioniser un gaz à l’aide d’un champ électrique ; on voit alors une radiation violette émise par les électrons qui changent de couche).

Suite à cela, la partie la plus intéressante, celle pour laquelle nous étions venus, a débuté. Après avoir enfilé nos combinaisons anti-poussière dans le sas, nous étions prêt à pénétrer dans la salle blanche. Cette salle spéciale est en légère surpression par rapport à l’environnement extérieur car elle doit être constamment dépourvue de poussières. En effet, les poussières pourraient créer des court-circuits sur les micro-composants. Les machines que cette salle contient, et qui sont nécessaire à la réalisation des micro-composants, sont très précises, et ont un coût compris entre 300 000 € et 500 000 € pour les plus grandes.

Olivier a alors déposé par projection une couche de 50 nanomètres d’aluminium sur la plaque issue de la première expérience. Après la projection de cette couche conductrice, nous sommes allés dans une autre salle, éclairée en jaune (anti-ultraviolet) afin de ne pas perturber la suite de la fabrication. Après l’application d’une fine couche de résine sensible aux UV, Olivier a imprimé un masque sur la plaque, puis l’a gravée chimiquement : il l’a plongée dans une solution d’acide, afin d’enlever une partie de l’aluminium, pour faire apparaitre un circuit électronique. Nous venions d’assister à la réalisation complète d’une plaque pour composants électroniques !

Suite à cela, nous avons repris nos vêtements de ville pour rejoindre Redon, après 2h30 d’expérimentation. Bilan très positif de cette sortie qui nous a permis de découvrir l’envers du décor de la réalisation de tous les composants électroniques présents dans notre vie de tous les jours. »

Découverte des nanotechnologies - 1e S