Identité / présence numérique : quelles traces laissons-nous sur le web ?

Second axe de travail sur la culture numérique : une séquence complète sur la notion de trace numérique, permettant de réfléchir à celles d’identité / présence numérique.

Document de préparation de séquence

Traces numériques – Document de préparation de séquence

(inclut les objectifs info-documentaires et le déroulé détaillé de cet atelier, décliné en deux fois deux heures consécutives dans le cadre de l’accompagnement personnalisé niveau seconde)

Séance 1 : traces numériques volontaires (2h)

Première heure

Traces numériques volontaires – débat sur la base de dessins de presse (fiche élève)

Traces numériques volontaires – débat sur la base de dessins de presse (corrigé)

Deuxième heure

Traces numériques volontaires – Marc L.

Marc L – genèse d’un buzz médiatique (complément)

Séance 2 : traces numériques involontaires (2h)

Traces numériques involontaires – feuille de route

Traces numériques involontaires – Module Firefox Collusion

Document de synthèse / trace écrite

Traces numériques – fiche de synthèse pour l’élève

6 Comments

  1. Premiers retours, première séance, avec un groupe d’élèves peu scolaires et plutôt « rétifs » : nous nous rendons compte avec le collègue de SVT qui intervient aussi en AP que le déroulement prévu ne peut être maintenu :
    – obstacles techniques d’un réseau surbooké
    – obstacle de la fascination des élèves pour l’écran et la souris. Dès que le questionnaire en ligne a été rempli, leur attention s’éparpille totalement, et les faiblesses du réseau empêchent d’exploiter la mise en commun des résultats.
    Seule façon de solliciter leur intérêt à nouveau : éteindre les PC, et faire des dessins de presse que vous avez sélectionné l’objet d’un débat, et d’une écoute attentive, pour nous enseignants, des pratiques et des expériences des élèves.
    Cela ne permet guère de transmettre comme je l’avais imaginé les notions visées… mais nous oblige à repenser les objectifs, à être plus modestes, et sans doute à utiliser beaucoup plus le papier, l’échange en groupe. Je me demande si nous n’allons pas devoir renoncer à l’ordi, en pleine séquence sur le numérique !!
    Si vous en avez le temps, je serais ravie d’avoir quelque retour d’expérience de votre part.
    Merci encore pour votre travail !

  2. J’ai commencé à utiliser cette année (avec votre autorisation !) certaines de vos séquences (en 1ère, en en AP 2de, sur le fonctionnement d’un moteur de recherche). Je vois la nécessité de permettre aux élèves de se pencher sur des outils dont ils ne savent pour la plupart pas grand chose. Je vois la même nécessité pour moi-même – pourtant professeur-documentaliste ! -, et pour mes collègues. Je vous remercie donc de votre travail. Et je vous remercie par avance de m’en dire un peu plus sur cette « feuille de route » qui apparaît au début de la deuxième séance (séquence sur les traces numériques), et qui va permettre d’utiliser le module Collusion de Firefox.

  3. Bonjour,
    Je trouve ce travail très riche et constructif. Me penchant sur mes programmes de séances pour la rentrée, je me demandais si une partie de cette séquence (notamment les dessins de presse) ne pouvait pas être utilisé en 1ère notamment en EMC qui, oh bonheur, intègre un partenariat avec les documentalistes sur l’identité numérique. Cela ne me semble pas inadéquat et pourrait introduire une autre séance exploitant les notions du programme.
    Nous allons également travailler en AP 2ndes sur le sujet (avec une ouverture plus large sur l’utilisation des médias numériques), je réfléchissais donc à une progression de la 2nde à la 1ère.
    Merci d’avance pour vos suggestions sur ma 1ère question (et les autres aussi, éventuellement).
    Irène

  4. Bonjour,

    J’initie aussi, dans le cadre de l’AP, aux traces digitales et, plus globalement, à la sécurité numérique. Je tenais à vous féliciter pour votre travail que je viens de découvrir. Les formulaires via Google Drive je n’y avais pas pensé, c’est superbe. Avec votre permission je m’en inspirerai.
    Bien à vous.

    • Formulaires qui sont aussi l’occasion de vérifier si l’objectif est atteint, quand un élève vous demande avec un sourire en coin s’il a le droit de refuser de les remplir puisque, s’il a bien tout compris, il laissera également, par cette action, des traces dans un fichier structuré accessible en ligne 😉

      • En effet, je m’interroge pour ma part sur ce choix (fait par de nombreux enseignants actuellement) d’utiliser les outils de Google pour faire des enquêtes auprès des élèves.
        Il faudrait veiller à ce que les élèves puissent utiliser le formulaire de manière anonyme, mais c’est bien difficile…
        J’ai croisé un enseignant de lettres qui utilise les outils Google avec les élèves, mais commence par faire usage devant eux de Gmail de manière à leur montrer comment le texte saisi dans leurs messages influence la publicité qui leur est proposée.

        Quoi qu’il en soit merci pour ce scénario fort intéressant. J’en parle ici :
        http://ww2.ac-poitiers.fr/b2i/spip.php?article123

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *